Millésime 2016

"Les Perrières" 1er cru de Meursault 2016

Le millésime

L’hiver 2016 fut doux même trop doux, sans gel et sans neige ce qui a donc favorisé le débourrement précoce. Le printemps fut humide. Le froid et le gel ont fini par faire leur apparition mais fin Avril. Alors que nous attendions le soleil, celui-ci nous a desservi. Après la pluie, les températures négatives de la nuit claire, le soleil du matin a brûlé les bourgeons à travers la glace qui a eu un effet « loupe ». Ainsi, les journées du 26 et 27 Avril, ont fait disparaître nos espoirs de belle récolte pour 2016. Les facteurs sont tellement multiples (protection ou non des nuages, températures de -1 à -6°c, jeunes plants, vignes fragilisées par les grêles des années précédentes, tailles de la vignes…) que les effets du gel ont été hétérogènes d’un village à l’autre, d’une parcelle à une autre. Les intempéries ont continué, la pluie ne laissait aucun répit dans les vignes et la pression du mildiou fût continue et sans précédent. La floraison tardive s’est étalée sur une période de plus de 15 jours, en raison des mauvaises conditions ou encore de l’hétérogénéité dans les vignes. Notre travail en biodynamie fût mis à rude épreuve. Mais nous n’avons pas renoncé et nous avons combiné sans relâche toutes les options et tous nos efforts. Fin juin, alors que le moral était au plus bas, la nature a repris le dessus. Le soleil et la chaleur firent timidement leur arrivée et s’installèrent définitivement début Juillet. La météo fait alors Volte-face avec un temps sec et chaud et des journées caniculaires et signe la fin de la pression du Mildiou ! Les pluies du 15 Août sauvèrent nos vignes du stress hydrique et les quelques pluies en Septembre ont permis aux raisins de reprendre leur cycle de maturité (stoppé par la chaleur et le manque d’eau) et rétablir l’équilibre acidité/sucre. Le soulagement fût total et le sourire radieux quand nous débutâmes les vendanges le 21 septembre, sous le soleil, avec de magnifiques raisins et sains ! Le sourire ne nous a plus quitté et nous a accompagné jusque dans les cuves.

Notes de degustation (traduction)

Le Meursault 1er Cru Les Perrières 2016 a été élevé avec 20 % de chêne neuf. Il a un bouquet serré avec des parfums d’ananas séché et d’agrumes bien qu’il n’exprime pas toute la minéralité du terroir. Néanmoins, le palais est bien équilibré avec une acidité croquante, fraîche, saline et une profondeur admirable. Ce serait mon choix de la gamme de Montille ce millésime.

Score: 90-92    Tasted: Oct 2017    Drink: 2018-2030    Issue: 324  

Neal Martin – Wine Advocat

 

Imprimer