Bourgogne Rouge 2012

Le millésime

Les vendanges ont commencé le 17 septembre et se sont prolongées jusqu'à la fin du mois.

Lorsque l'on évoque le millésime 2012, c'est un sentiment partagé qui prévaut car c'est à la fois une grande satisfaction d'avoir un grand millésime en qualité, surtout en rouge, et la déception d'une quantité très réduite en plus de la tristesse pour les vignes touchées par la grêle, de Santenay jusqu'à Pommard. Le temps a été difficile au début de saison et bien mieux à partir de mi-juillet ce qui a sauvé la qualité du millésime. En ce qui concerne les rendements, ils sont très bas et tout ce qui pouvait contribuer à les faire baisser est arrivé en 2012, petite sortir de raisin, coulure, millerandage à cause d'une fleur difficile... et, malheureusement, la grêle.

Les nez sont d'une rare complexité et élégance. Ils offrent un étonnant bouquet d'épices, de noyau de cerise, de fruits noirs, de fleurs séchées, de parfum muscé, de « bonbon anglais ». Les bouches sont à la fois denses et éthérées. L'attaque est franche, et le milieu de bouche éthéré, allongé. Les tannins sont fondus, bien enrobés dans un fruit intense, qui oscille entre l'acidulée et douceur. La finale est fraiche, allongée et suave.

Nous avons laissé 2/3 de vendanges entières dans les cuvées de Beaune Perrières, Beaune Grèves, Volnay Mitans, et 100% dans les Taillepieds, Clos du Roi, et toutes les cuvées en Côte de Nuits, y compris pour la première fois dans notre village Nuits-St-Georges « les Saints-Juliens ». Ce sont des vins de garde (une dizaine d'années) pour tous les crus voire de très longues garde (20/25ans) pour les Grands Crus et Grands 1er cru Côte de Nuits.

C'est assez rare, mais nous avons trouvé une légère réduction dans la pluparts des vins, et nous conseillons de les décanter environ1 heure si ceux-ci doivent être dégustés avant 10 ans.

 

 

Imprimer